Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 16:18

La cohésion dans les équipes et les communautés de travail est une résultante de plusieurs déterminants. L’organisation de l’entreprise et du travail en fait partie. Des dysfonctionnements dans l’organisation peuvent avoir pour conséquence une dégradation de la cohésion dont un indicateur est une dégradation du climat social.

Pour illustrer ce propos, voici un exemple adapté à partir d’un cas réel. L’histoire se déroule dans une usine comptant environ une centaine de salariés. La direction a identifié qu’il y a des dysfonctionnements entre la production et la maintenance.

Les indicateurs immédiats sont une montée de l’exaspération des opérateurs et pilotes de lignes (revendications, démotivation), des situations ponctuellement conflictuelles entre le personnel de production et les techniciens maintenance. Le personnel maintenance finit pratiquement par éviter de traverser un atelier où les problèmes sont les plus aigus.

Certaines pannes non résolues à temps provoquent des retards dans la production, donc le non-respect de délais clients. D’où des conflits fréquents entre les services logistiques, commerciaux et production.

Ces effets traduisent une dégradation de la cohésion entre service et même au sein des services.

L’analyse du fonctionnement de l’interface production-maintenance permet de mettre en évidence des dysfonctionnements organisationnels.

Parmi les principaux dysfonctionnements organisationnel, on peut identifier une mauvaise organisation de la coordination des priorités entre la production et la maintenance.

Par exemple, chaque pilote de ligne de production peut émettre des demandes d’intervention vers la maintenance en indiquant un degré d’urgence. La maintenance recevant de multiples demandes d’intervention quotidiennement, réaffecte des degrés d’urgence de son côté, à chaque demande.

La difficulté vient de ce que la criticité des secteurs de production n’ont pas été définis en commun. Donc, il est impossible pour la maintenance de hiérarchiser des degrés d’urgence élevés qui ne peuvent être traités simultanément pour des raisons de moyen en personnel.

Si on ajoute à cela, une mauvaise organisation du retour d’information de la maintenance vers la production, des personnes de production se retrouvent à attendre une intervention de la maintenance pour une panne qui leur semble de la première urgence alors que la maintenance a dû intervenir en même temps sur un autre secteur considéré comme plus urgent. De là naît l’incompréhension et l’exaspération.

Une formation conçue sur mesure permet à l'équipe de managers d'adopter une méthode pour améliorer l’activité de coordination, de partage des objectifs et contraintes, de gestion des priorités, de circulation de l’information entre le service de production et de maintenance.

Bilan : la cohésion, le climat social et les résultats s’en trouvent améliorés.


Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier ARNAULT
commenter cet article

commentaires